La tendance du « healthy » : incompatible avec notre vie d’étudiant OGMisée ?

La tendance du « healthy » incompatible avec notre vie d'étudiant OGMisé
La tendance du « healthy » incompatible avec notre vie d'étudiant OGMisé

Depuis plus d’un an, les réseaux sociaux, particulièrement Instagram, sont inondés de photographies d’assiettes toutes plus vertes les unes que les autres, de ventres plats et de fesses vues jusque-là uniquement sur Beyoncé. De quoi faire relativement mal digérer le menu maxi best of commandé au McDo’ la veille.

« Manger healthy » vous dîtes ?

Encore un terme emprunté aux anglophones, traduit littéralement par le mot sain. Mener un mode de vie « healthy », c’est apprendre à se nourrir avec des aliments que l’on peut qualifier de bruts, naturels, non transformés par l’Homme.
Comprenez : exit les plats industriels, fast-food, sodas, gâteaux de grande surface … Aujourd’hui, on prône le « homemade » (fait-maison) et le « green » (bio), autant que possible.

Mais quand étudiant rime avec « j’ai-pas-l’temps » …

Il n’est pas là question de vous transformer en Philippe Etchebest tous les soirs. Premièrement, dans votre 20 m² (et encore, on est généreux), vous n’aurez pas la place, et deuxièmement, après les cours, certainement pas le temps ni l’envie. Cela n’est pour autant pas une raison pour opter pour le combo pâtes/cordon-bleu tous les jours.

Quelques astuces peuvent vous aider à prendre un peu plus soin de votre alimentation (promis, on ne va pas vous conseiller de faire toutes vos courses dans un magasin bio et en ressortir avec un ticket de caisse de 110€ pour la semaine).

1. Faire ses menus

Pas besoin de réaliser une carte digne d’un restaurant ; mais réfléchir à vos repas de la semaine permet de gagner beaucoup de temps, puisque la réflexion ne se fait qu’une fois, et non pas tous les jours (rester planté devant votre frigo avec une moue dépitée chaque soir, c’est terminé). C’est également un gain d’argent puisque vous ne vous dirigerez plus vers des aliments inutiles et souvent gaspillés.

2. « Fail to prepare, prepare to fail » (Si tu ne te prépares pas, prépares toi à échouer).

On connaît tous les dimanches passés sous la couette devant Netflix, à bouder ses cours et tout ce qui requiert un certain fonctionnement intellectuel. Un bon moyen de les rendre un peu plus productifs et de faciliter la semaine à venir est de préparer. Une fois vos repas planifiés et votre réfrigérateur plein, gagnez encore du temps en découpant vos aliments, en faisant cuire ce que vous pourrez conserver pour la semaine. Ainsi, après les cours, inutile de passer une heure dans la cuisine, vous n’aurez qu’à assembler votre plat et le réchauffer. Et puis vous comprendrez enfin l’utilité des 35 boîtes tupperware que possède votre mère !

Le « healthy » ne touche évidemment pas qu’à l’alimentation, puisque faire attention à soi c’est aussi : faire du sport (ne paniquez pas, ça va aller). On lance tous l’excuse « je n’ai pas le temps », et bien qu’elle soit parfois vraie, elle n’est souvent qu’un moyen d’éviter ce que l’on considère comme une torture quotidienne. Mais rappelez-vous qu’après une longue journée à supporter un même prof durant quatre heures d’affilée, se défouler ne peut être que bénéfique.

Alors oui, manger sainement, prendre soin de sa santé, c’est important, et surtout pas incompatible avec notre vie d’étudiant OGMisé. Il faut simplement un peu d’organisation et de volonté. Pas de quoi en faire des allergies. Et évidemment, pas besoin de faire ses adieux déchirants au McDo !

1 commentaire

  • Lauréna dit :

    Justement je me suis remise au sport il n’y a pas longtemps et je fais en sorte de manger le plus sainement possible (même si je suis allée au macdo hier). Super article, cela nous motive encore plus à se régaler tout en évitant les cordons bleus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *